ACCUEIL   Chronique Bris d’égalité par Mario Brisebois – 23 octobre

Chronique Bris d’égalité par Mario Brisebois – 23 octobre

Oct 23, 2020
Classé sous:

Collaboration spéciale de Mario Brisebois

APRÈS LE SAGUENAY, DRUMMONDVILLE AUSSI ANNULÉ EN SOUHAITANT UNE RELANCE À GRANBY ET AUTRES INFOS

Parlez-moi d’un sens de la synchronisation dont on aurait surtout voulu se passer.

J’allais écrire que le tennis avait une très bonne pensée envers le président Jean Delisle, les bénévoles et les amateurs du Saguenay, qui devaient recevoir cette semaine le Challenger féminin Banque Nationale annulé par la COVID-19 avant qu’une autre nouvelle du genre tombe.

L’information provenait des amis de Tennis Canada concernant le début de 2021 et pandémie oblige, le rendez-vous en salle de Drummondville en mars prochain s’ajoute aux abrogations du calendrier à l’instar de ceux de Calgary et Fredericton.

Vous direz que c’est tôt pour décider de se retirer trois mois à l’avance, mais les demandes de confirmation de ces événements ATP vont souvent parfois jusqu’à un an à l’avance, ce qui laisse peu de marge de manœuvre.

Dommage ainsi pour l’équipe co-présidée par Alain Caillé, Pierre Desrosiers et Stephan Hamel pour avoir réussi en seulement sept ans à placer Drummond sur la mappe du tennis international au niveau Challenger en plus d’en faire un succès événementiel en obtenant le support de la municipalité et l’implication des entreprises de la région.

L’an dernier, il y avait 58 différents commanditaires locaux. On a aussi recruté la directrice Isabelle Yaworski en gestion partagée avec les Trois Accords.

«Bien qu’il soit regrettable de reporter notre tournoi, mais reconnaissons que c’est une sage décision compte tenu de la pandémie», mentionne Alain Caillé.

Un moment très fort au centre René-Verrier a été le couronnement comme titulaire de   2019 de Denis Shapovalov après une victoire devant Félix Auger-Aliassime en demie.

«Au fil des ans, nous avons réussi à créer un solide noyau de partisans et à obtenir une réputation enviable. Nous gardons espoir de pouvoir présenter un tournoi plus tard cette année.

Soyez certain que Drummondville sera prêt si…

ÇA JASE POUR LA REPRISE

Avec le Saguenay et aussi Drummondville «en pause», l’attente avant de voir le prochain Challenger pourrait demander beaucoup de patience.

De fait, le vide pourrait s’étirer jusqu’à la fin juillet à Granby, un événement mixte de 160 000$ annulé l’été passé.

«Je suis en contact constant avec Eugène (Lapierre) et les gens de Tennis Canada», a déclaré Alain Faucher, président à Granby dans une entrevue avec Michel Tassé, de La Voix de l’Est comme quoi il y existe peut-être de l’espoir.

QUESTION?

Quel est le grand nom du tennis féminin dont le lancement de carrière a transité par le Challenger du Saguenay en histoire?

EUGENIE EN ACTION

Eugenie Bouchard (140e) est au nombre des inscrites au tournoi W-80 000$ de Tyler, au Texas, la semaine prochaine.

Pour le moment, elle doit se soumettre aux préliminaires quoique ses récents résultats pourraient lui valoir d’ici-là un carton d’invitation au tableau principal.

Françoise Abanda (308e) est sur la liste d’attente comme substitut.

LE PLUS GRAND NOM AU SAGUENAY A ÉTÉ…

Avant de devenir numéro un au monde et s’adjuger trois couronnes au Grand Chelem, Angelique Kerber a remporté les deux présentations au Saguenay en 2006 et 2007.

Le premier succès de la gauchère allemande avait été obtenu devant Valérie Tétreault dans une finale qui aurait définitivement pu balancer d’un côté comme de l’autre. Les comptes avaient été de 5-7, 7-5 et 7-6 (6).

AUTRES FAITS SAILLANTS 

En 2013, Eugenie Bouchard (contre Madison Keys) a été finaliste tout comme Bianca Andresscu (face à Catherine Bellis) en 2016.

Rebbeca Marino (2010) et Katherine Sebov (2018) ont été les Canadiennes victorieuses en simple.

L’an dernier, la paire junior composée  de Leylah Annie Fernadez et Mélodie Collard  avait enlevé les grands honneurs du double.

SORTIE PROCHAINE D’UN FILM SUR LE TENNIS

Faute de pouvoir assister au tennis souhaité dans les tournois, il y en aura bientôt au cinéma.

«5e set» raconte selon le synopsis l’histoire de Thomas. Passé la mi-trentaine, il n’a jamais brillé. Il été un grand espoir chez les juniors avant de rester traumatisé par une fin de match.

Après un passage à vide, il prépare un retour au succès improbable dans une situation qui ne fait pas en plus l’unanimité dans l’entourage immédiat.

La réalisation est de Quentin Renaud avec Alex Lutz et Girardo dans les deux principaux rôles.

La sortie est prévue le 2 décembre en France.

NOUVELLES POSITIVES EN TERMINANT

Le ministre des Sports de l’État de Victoria se dit «extrêmement confiant» que l’Omnium d’Australie pourra avoir lieu à Melbourne.

Roger Federer estime qu’il sera rétabli pour y participer.