ACCUEIL   MISE À JOUR COVID-19 – TENNIS QUÉBEC TIENT À EXPRIMER SON DÉSACCORD FACE AUX NOUVELLES MESURES SANITAIRES (English version available below)

MISE À JOUR COVID-19 – TENNIS QUÉBEC TIENT À EXPRIMER SON DÉSACCORD FACE AUX NOUVELLES MESURES SANITAIRES (English version available below)

Fév 17, 2021
Classé sous:

MISE À JOUR COVID-19 – TENNIS QUÉBEC TIENT À EXPRIMER SON DÉSACCORD FACE AUX NOUVELLES MESURES SANITAIRES (English version available below)

Montréal, le 17 février 2021 – C’est avec stupéfaction, voire aberration, que Tennis Québec a pris connaissance des nouvelles directives que le gouvernement du Québec entend mettre en application à compter du 26 février prochain. Ces dernières permettront notamment la réouverture des cinémas ainsi que celle des piscines et des arénas. Au nom de la grande communauté du tennis au Québec, la Fédération ne saurait cautionner une telle approche arbitraire et se doit donc d’exprimer, en des termes non-équivoques, son incrédulité, son insatisfaction et même son grand désarroi face à une décision aussi injuste.

Depuis le début de la pandémie, Tennis Québec, ses partenaires et les adeptes de ce sport à la grandeur de la province ont soutenu les efforts mis en place par les instances gouvernementales et celles de la Santé publique. La pratique du tennis, lorsque permise, a d’ailleurs été largement modulée afin de répondre aux exigences et directives énoncées.

Force est de constater qu’en contexte de pandémie, le tennis, de par sa nature et en raison des modifications déjà apportées, représente un des sports les plus sécuritaires qui soit. C’est donc sans surprise que notre sport n’a jamais constitué un vecteur de transmission et ce, aussi bien lors de la saison extérieure qu’intérieure. Soyons bien clairs ici. Notre motivation n’est aucunement de demander un traitement de faveur pour Tennis Québec et ses membres, mais bien de réclamer que les directives soient appliquées de façon juste et justifiable.

Rappelons qu’en dépit d’une grande déception au sein de l’équipe de Tennis Québec et de la communauté du tennis, la Fédération a soutenu la décision gouvernementale d’interdire les activités sportives et de loisir intérieures pendant la période du 9 janvier au 8 février. Malgré un contexte beaucoup favorable, Tennis Québec a continué à prêcher la patience parmi ses membres et partenaires lorsque la réouverture prévue pour le 8 février ne s’est pas matérialisée. Bien que très décevante, cette décision pouvait se défendre par une logique où toutes les activités sportives et de loisir intérieures demeuraient interdites. Cette fois-ci, malheureusement, la logique permettant les activités en piscine et dans les arénas est insondable et, pour Tennis Québec, indéfendable. En effet, l’approche préconisée n’apparaît aucunement motivée par une saine gestion du risque que posent les activités permises et celles défendues. Si tel était le cas, la pratique du tennis aurait assurément été permise.

Ainsi, Tennis Québec demande aux instances gouvernementales et la Santé publique de revoir leur décision et d’octroyer à toutes les activités sportives et de loisir intérieures représentant un risque équivalent le même statut. Le succès des mesures sanitaires dépend d’une forte adhésion collective et d’un solide mouvement de solidarité. Malencontreusement, les choix arbitraires annoncés par le gouvernement devant entrer en vigueur le 26 février semblent garantir l’accomplissement de l’effet contraire en générant amertume et scepticisme chez tant de Québécois et Québécoises.

Toute l’équipe de Tennis Québec se tient à la disposition des autorités afin d’élaborer un plan assurant la mise en place de directives équilibrées et en mesure de protéger  la population tout en lui permettant de bénéficier de l’exutoire que représente la pratique sportive sous toutes ses formes.

L’équipe de Tennis Québec

 


 

COVID-19 UPDATE – TENNIS QUÉBEC STRONGLY VOICES ITS OPPOSITION TO THE NEW HEALTH MEASURES

Montreal, February 17th, 2021 – It is with amazement, and even aberration, that Tennis Québec has learned of the new directives that the Quebec government intends to implement on February 26th. These directives will notably allow the reopening of cinemas as well as swimming pools and arenas. On behalf of the tennis community in Quebec, the Federation cannot support such an arbitrary approach and must therefore express, in unequivocal terms, its disbelief, dissatisfaction and even its great dismay in the face of such an unfair decision.

Since the beginning of the pandemic, Tennis Québec, its partners and members across the province have supported the efforts put in place by Government and Public Health authorities. Indeed, the practice of tennis, when permitted, has been largely modulated in order to meet the requirements and guidelines enacted.

It is clear that in the context of a pandemic, tennis, by its nature and because of the required adjustments made, represents one of the safest activities. It is therefore not surprising that our sport has never been a vector of transmission, both during the outdoor and indoor seasons. We want to be clear here. Our motivation is in no way to ask for a special treatment for Tennis Québec and its members, but rather to demand that the directives be applied in a fair and justifiable manner.

It should be noted that despite great disappointment within the Tennis Québec team and the larger tennis community, the Federation supported the government’s decision to ban indoor sports and leisure activities during the period from January 9th   to February 8th. Despite a much more favourable context, Tennis Québec continued to preach patience among its members and partners when the reopening scheduled for February 8th did not materialize. Although very disappointing, this decision could be defended by a logic where all indoor sports and leisure activities remained prohibited. This time, unfortunately, the logic allowing activities in swimming pools and arenas is unfathomable and, for Tennis Quêbec, indefensible. In fact, the recommended approach does not appear to be motivated by a sound management of the risk posed by the permitted and prohibited activities. If this were the case, the practice of tennis would certainly have been allowed.

Thus, Tennis Québec is asking government authorities and Public Health to review their decision and grant all indoor sports and leisure activities representing an equivalent risk the same status. The success of the health measures depends on a strong collective adhesion and a solid movement of solidarity. Unfortunately, the arbitrary choices announced by the Government that will come into effect on February 26th seem to guarantee the opposite effect by generating bitterness and skepticism among so many Quebecers.

The entire Tennis Québec team is at the disposal of the authorities to help develop a plan that will ensure the implementation of balanced directives that will both protect the population and allow the benefits that sports and leisure activities in all its forms represents.

The Tennis Québec team