ACCUEIL   Chronique Bris d’égalité par Mario Brisebois – 30 août 2022

Chronique Bris d’égalité par Mario Brisebois – 30 août 2022

Août 30, 2022

Collaboration spéciale de Mario Brisebois

Gabriel Diallo a droit à un concert d’éloges

Vous n’êtes pas les seuls à être impressionnés par le Montréalais Gabriel Diallo qui a conquis le titre du Challenger Banque Nationale, dimanche. Depuis juillet, le jeune joueur de 20 ans est passé de la 943e à la 335e place au classement ATP. Martin Laurendeau se permet des commentaires percutants.

« C’était du niveau des top 50 ou 60 en finale. Ça cognait dur. Dans le stade, les balles faisaient un son spécial en sortant des raquettes », mentionne-t-il au sujet du géant de 6 pi 7 po, vainqueur par 7-5 et 7-6 (7-5 au bris) du jeune Chinois de 17 ans et 6e tête de série, Juncheng Shang.

Invité de Tennis Canada au tableau principal la semaine dernière parce que son classement ne suffisait pas, Diallo a retenu l’attention des gens, dont celles de Frank Dancevic (gagnant trois fois à Granby et maintenant capitaine de la Coupe Davis), et de Guillaume Marx (le grand patron du développement du tennis masculin au pays).

« Frank a vécu surtout en Europe pendant deux ans et il n’en revenait pas à son retour que le Canada puisse compter sur un tel talent », mentionne Laurendeau.

« On aurait cru voir Gaël Monfils tellement il visait et atteignait les lignes », ajoute-t-il.

L’entraîneur au Centre national raconte qu’il voyait venir Diallo dernièrement.

« C’est gros ce que Gabriel a accompli cet été en seulement quatre tournois, ne l’oublions pas. Oui, il peut aller plus loin. Comme il a poussé comme une asperge, il y a plein de place pour des améliorations, ce qui est tout à fait possible. On travaille bien avec les gens de son université (Kentucky) où il retourne. Il est super sérieux avec son tennis. Il veut apprendre et comprend vite, ce qui aide toujours. Il est intelligent, travailleur et respectueux. Bref, il possède vraiment un beau profil », assure Martin Laurendeau.

C’est deux fois plutôt qu’une que Gabriel Diallo passe à l’histoire.

En plus d’être le premier Québécois couronné champion à Granby en vingt ans, il devient aussi le premier de l’université du Kentucky à s’adjuger un titre de cette ampleur, nous apprend l’institution en manchette de son site Internet à propos de son étudiant en finances.

Gabriel n’a pu encaisser le chèque de 7 100 $. Il perdrait sinon son admissibilité à la NCAA et les bourses scolaires qui viennent avec.

Comme Félix…

Si vous avez reconnu un peu de Félix Auger-Aliassime dans le style de Gabriel, vous avez un bon œil.

En plus de s’entraîner au Centre national de Montréal, Gabriel a aussi travaillé avec Sam, le père de Félix.

Le doublé de Millot

Ajoutez donc Vincent Millot dans la catégorie des doubles vainqueurs à Granby.

Après sa victoire comme joueur en 2015, voilà que le Français, installé dans les Cantons-de-l’Est, est devenu coentraîneur de Gabriel Diallo en compagnie de Martin Laurendeau.

Prompt rétablissement, Bruno

Le message est celui de la grande famille du tennis à Bruno Clermont.

Il s’est effondré lors d’un match qu’il disputait à Vancouver.

Bruno a été sauvé par un spectateur qui a bondi immédiatement sur le terrain pour procéder à un massage cardiaque le temps que la préposée à la piscine arrive en toute vitesse avec l’équipement nécessaire.

Blessé, Weekes déclare forfait 

Ce n’est pas le genre de 18e anniversaire que Jaden Weekes, un Montréalais classé 23e junior au monde, avait souhaité.

Absent à Granby en raison d’une élongation abdominale de grade 2 comme Rafael Nadal à Wimbledon, Weekes doit maintenant se retirer cette semaine des Internationaux juniors Banque Nationale à Repentigny, annonce Martin Laurendeau.

On se croise les doigts pour New York dont le volet junior commence dimanche.