ACCUEIL   Chronique Bris d’égalité par Mario Brisebois – 4 novembre

Chronique Bris d’égalité par Mario Brisebois – 4 novembre

Nov 04, 2020
Classé sous:

Collaboration spéciale de Mario Brisebois

RETOUR SUR SERENA, LAQUELLE DISPUTAIT SON PREMIER MATCH WTA IL Y A 25 ANS À… QUÉBEC ET PLUS

Il y a des anniversaires à l’international dont on ne peut absolument pas se permettre de passer à côté parce que l’événement est d’ici.

Après 990 matchs (843 victoires), 93 titres WTA et 93 634 962$ en gains, cet automne marque les 25 ans du premier match chez les professionnelles WTA de Serena Williams, lequel a été disputé à… Québec.

Bien que Serana ait brillé sur les plus illustres scènes en totalisant rien de moins que 23 couronnes Grand Chelem en Australie, à Roland-Garros, à Wimbledon et au US Open, c’est très précisément au club Avantage que tout a commencé le 29 octobre 1995.

Occupant alors les rôles de professionnel hôte et membre du comité organisateur avant de graduer directeur du Challenge Bell qui allait devenir la Coupe Nationale avant de cesser après 26 ans, Jacques Hérisset se souvient très bien.

«Je me rappelle de deux jeunes talents la même année qui couraient partout dans le club. C’était de leur âge faut-il dire. Il s’agissait de Serena (alors âgée de 14 ans et un mois) de même qu’Anna Kournikova», se  souvient «Monsieur Tennis».

Serena avait été éliminée au tour d’entrée des qualifications 1-6 et 1-6 par Anne Miller.

La preuve qu’un match ne suffit jamais pour déterminer une carrière est qu’on n’a plus jamais entendu parler de Mlle Miller tandis que Serena demeure toujours dans l’actualité à 39 ans bien sonnés.

LE FLAIR DE JOHN BEDDINGTON

À savoir maintenant comment Serena a fait pour aboutir à Québec même en préliminaires ne possédant zéro point WTA, Il faut féliciter John Beddington pour son flair.

«La propriété et donc l’organisation (du tournoi de Québec) relevaient de Tennis Canada avec John, Richard (Legendre) et Eugène (Lapierre). C’est John qui a recruté Serena», affirme Jacques Hérisset dans sa reconstitution des faits.

Alors enfant, Serena n’était pas venue seule. La paternité avait aussi fait le voyage de la Floride pour accompagner la cadette de ses deux championnes en ajoutant Venus.

«C’est à Québec que le paternel avait déclaré que ses filles allaient un jour dominer le tennis», mentionne «Jack».

On connaît la suite….

PAS LA SEULE NUMÉRO UN

Il faut reconnaître que les amateurs de tennis à Québec ont été gâtés par la présence de grands noms.

Outre Serena évidemment, Lindsay Davenport, Maria Sharapova et Jennifer Capriati   sont toutes des numéros un au monde qui ont évolué au club Avantage ou au Peps de l’Université Laval.

En 2014, Venus avait fait la finale tout en séduisant la foule avec sa gentillesse de tous les instants.

«Les joueuses ont toujours aimé Québec. Elles nous ont choisis pendant six années successives le tournoi de l’année WTA dans notre catégorie», poursuit-il encore.

Une dernière question à Jack toujours très intéressé au tennis bien qu’à la retraite ayant vendu son académie à Sam Aliassime (le père de Félix) qu’il visite encore.

Le tennis d’envergure reviendra-t-il un jour à Québec?

«Eugène a parlé de l’intérêt de Tennis Canada pour un autre tournoi de niveau différent dans l’avenir. Pourquoi pas aussi un Challenger avec les hommes? Il faudrait un endroit que nous n’avons pas. Le maire Régis Labeaume le sait», termine Jacques Hérisset.

Pourquoi ne pas ressusciter le club des Employés civils, pour saluer une autre fois un aussi célèbre nom que celui de Serena qui a transité par Québec pour accéder ensuite à la gloire?

STATISTIQUE

Depuis le Masters de Rome à la mi-septembre, Félix Auger-Aliassime compte une finale et une demie ATP, mais quatre éliminations au tour d’entrée dont cette semaine à Paris-Bercy comme quoi c’est encore moins évident être régulier dans la situation actuelle.

NOUVELLE DE LA NCAA

Dans la rubrique où sont nos universitaires, Alexis Galarneau profite de l’extension d’un an de la NCAA en raison de la Cvid-19 pour retourner à North Carolina State une cinquième année.

La fiche du Lavallois avait été de 23-2, l’an dernier.

DÉJÀ LA CITATION DU MOIS 

«Je ne compte pas prendre ma retraite de sitôt».

– Roger Federer

PAUL RIVARD QUITTE 

Voix du tennis à TVA Sports, Paul Rivard annonce sur twitter son départ de la chaîne. On y reviendra évidemment.