ACCUEIL   Chronique Bris d’égalité par Mario Brisebois – 7 août

Chronique Bris d’égalité par Mario Brisebois – 7 août

Août 07, 2020

Collaboration spéciale de Mario Brisebois

QUI IRA OU PAS À NEW YORK, DES FINALES POUR EUGENIE ET FÉLIX ET CE N’EST QUE PARTIE REMISE À LAVAL 

Compliqué, complexe et confus, dites-vous? On parle ici de la liste de ceux qui ont l’intention d’aller à New York y disputer l’Omnium des États-Unis sans public à partir du 31 août et du même coup participer au Masters de Cincinnati qui y a été déménagé la semaine auparavant.

Bonne nouvelle pour le public canadien alors que Bianca Andreescu annonce cette semaine sa volonté d’effectuer une première sortie depuis l’automne dernier pour défendre son titre. Malheureusement, une tuile est tombée sur l’organisation alors que Rafael Nadal a annoncé qu’il ne viendra pas dans la Grosse Pomme.

« La situation n’est pas sous contrôle avec le retour des cas. Après réflexions, j’ai décidé d’écouter mon cœur cette fois», écrit-il sur twitter.

Vrai que Rafa avait donné une assez bonne indication de ses intentions en revenant à l’entraînement sur la terre battue au lieu du ciment comme quoi il priorisait Roland-Garros, mais reste qu’il possédait du bout de sa raquette une éventualité de rejoindre Roger Federer avec un 20e Grand Chelem, ce dernier étant arrêté pour l’année en raison d’une double arthroscopie.

À 34 ans, les occasions risquent de devenir plus rares.

Fait intéressant, sachez que sera la première fois depuis 1999 justement à l’Open américain que Rafa et « Rogeur»  ne seront pas ensemble dans le même «majeur».

 

Pour aider à mettre un peu d’ordre, voici un tableau de qui va ou ne va pas à New York, bien sûr, pour le moment:

SERONT PRÉSENTS : Novak Djokovic (numéro un et trois fois titulaire, Serena Williams (toujours en quête de l’ultime marque d’une 24e couronne Grand Chelem), Naomi Osaka (championne 2018), Dominic Thiem (3e), Danill Medvedev (finaliste 2019), Stefanos Tsitsipas (6e) et Andy Murray (il aura un carton d’invitation).

AUTRE ABSENCE DES NOTOIRE: Ashleigh Barty (numéro un WTA).

CAS INCERTAINS: Simone Halep (2e) et Alexander Zverev (7e).

LES CANADIENS: Tout le monde est là: Denis Shapovalov (16e), Félix Auger-Aliassime (20e), Milos Raonic (30e), Vasek Pospisil (93e) et Leylah Annie Fernandez (118e)

Sans les qualifications au programme, Françoise Abanda (298e) et Eugenie Bouchard (332e) rateront le rendez-vous.

 

  LES BRIS DE TROP POUR EUGENIE ET FÉLIX

Même si la  formule des pointages est entortillée, ce qui est clair est qu’Eugenie  Bouchard et Félix Auger-Aliassime jouent du bon tennis ces temps-ci, les deux ayant fait

la finale de leur événement respectif avant de s’incliner au super bris d’égalité.

Eugenie et le Smash de Chicago se sont rendus au super-bris du Championnat de la World Team Tennis à 20-20 devant l’Empire de New York à The Greenbrier, en Virginie.

Le coup droit de Coco Vandeweghe a écorché la ligne de fond un infime ,591 de pouce qui a valu 500 000$ à l’Empire versus 250 000$ pour le Smash

La WTT se réjouit du chiffre de 556 000 personnes ayant regardé la finale dimanche sur CBS.

Félix a perdu 1-2 au jeu de la mort subite devant Stefanos Tsitsipas lors de l’étape II de l’Ultimate Tennis Showdown, à Nice.

 

EUGENIE (LA SUITE)

La semaine prochaine à Prague, Eugenie sera au tableau principal à titre d’invitée au tournoi WTA.

«La pression sera forte», mentionne-t-elle en reconnaissant l’urgence de récolter des points d’autant plus les occasions s’annoncent rares.

 

POURQUOI PAS UN HOMMAGE À ROGER RAYMOND?

Dans le lot des annulations causées par la pandémie, ajoutez donc Laval bien qu’il soit plus justifié de parler de report.

Après une longue absence, le plan de Tennis Canada était d’y ramener le tennis international cet été pour la présentation d’un événement de niveau Futures sanctionné ITF.

Le dossier était très avancé par Richard Quirion, directeur des tournois à Tennis Canada. Un comité était en place et un site (le parc St-Victor) avait été choisi.

Laval a longtemps été une ville de premier plan au Québec et au Canada avec les Coupes Davis au Tennis 13 avec Réjean Genois comme chef de file du Canada, les Internationaux juniors du Canada au club Quatre Saisons impliquant Roger Raymond, un parfait gentilhomme des courts, comme maître d’œuvre.

Faut le faire, celui-ci avait même créé un championnat canadien en double.

Le club Carrefour avait reçu aussi un rendez-vous ITF-pro à 30 sous zéro en hiver et en salle heureusement avec un jeune directeur de tournoi que l’on disait rempli de potentiel. Vous le connaissez très bien, celui-ci ayant effectué un long bout de chemin pour devenir une autorité. Son nom: Eugène Lapierre.

La meilleure nouvelle est que ce n’est que partie remise à Laval. Suite à un entretien en compagnie de Richard Quirion, l’intention est de revenir l’an prochain et peut-être avant si un projet en développement est réalisé.

 

À suivre… en suggérant un hommage à Roger Raymond pour son implication.